Précédent
Suivant

Biographie et références

Athanase Kircher est un prêtre jésuite, né le 2 mai 1601/2[i] à Geisa en Allemagne et décédé le 27 novembre 1680 à Rome.

Portrait d’Athanae Kircher: représenté à l'âge de soixante-deux ans (Gravure pleine page en frontispice).

KIRCHER Athanasius, Mundus subterraneus in XII libros digestus, T.1. Amstelodami, apud Joannem Jonsonium et Elizeum Weyerstraten, 1665.

Légende

Frustra vel Pictor, vel Vates dixerit, HIC EST : Et vultum, et nomen terra scit Antipodum.
Jacobus Albanus Ghibbesim, M. D.
in Rom: Sapientia Eloq: Prof.
« En vain, le peintre ou le poète dirait, LE VOICI : la terre connaît et son nom, et son visage à chacun de ses antipodes. »

Ce qui le caractérise le mieux, c’est son amour de la connaissance. Menant une existence dédiée à l’étude de multiples sciences, Athanase réfléchit, explore et crée : il décrypte des langages mystérieux, voyage, invente des machines. Passionné, il écrit une quarantaine de livres en cinquante ans[ii]. Linguistique, éthique, mathématiques, physique, théologie, philosophie, musique, astronomie, médecine, Kircher s’intéresse à tout, en particulier à tout ce qu’il reste à découvrir. 

 

Bibliographie succincte

  • BUONANNO Roberto, The Stars of Galileo Galilei and the Universal Knowledge of Athanasius Kircher, Berlin, Springer, Astrophysics and Space Library, vol. 399, 2014.
  • KIRCHER Athanasius, L’Autobiographie d’Athanasius Kircher : l’écriture d’un jésuite entre vérité et invention au seuil de l’œuvre, Intr. & trad. Giunia Totaro, Berne, P. Lang, 2009.
  • FLETCHER John Edward, A Study of the Life and Works of Athanasius Kircher, ‘Germanus Incredibilis’, Leiden, Brill, 2011.
  • FINDLEN Paula, Athanasius Kircher : the last man who knew everything, New-York, Routledge, 2004.
  • GAYRARD-VALY Yvette, Les Fossiles, empreinte des mondes disparus, Paris, Gallimard, 1987.
  • KIRCHER Athanasius, Ars Magna Sciendi, in XII Libros Digesta, Amsterdam, Janssonium et Elizei, 1669.
  • KIRCHER Athanasius, Magnes sive de Arte Magnetica, Coloniae Agrippinae : apud Iodocum Kalcoven, 1643.
  • KNECHT Herbert H., « Le Fonctionnement de la science baroque : le rationnel et le merveilleux », Baroque, 12/1987, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 13 août 2019, http://journals.openedition.org/baroque/578.
  • MARX Jacques, « De la Chine à la chinoiserie. Echanges culturels entre la Chine, l’Europe et les Pays-Bas méridionaux (XVIIe et XVIIIe siècles). » in Revue belge de philologie et d’histoire, tome 85, fasc. 3-4, 2007. Consulté le 13 août 2019, www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_2007_num_85_3_5101.
  • MERRIL Brian L., « Athanasius Kircher (1602-1680) Jesuit Scholar. An exhibition of his works in the Harold B. Lee Library Collections at Brigham Young University. », Friends of the Brigham Young University Library, n°33, Provo, Utah, 1989. Consulté le 13 août 2019, https://archive.org/details/aldinecollection33rost.
  • ROSSI Paolo, Clavis Universalis, Grenoble, Jérôme Millon (éd.), 1993.
  • YATES Frances Amelia, L’Art de la mémoire, Trad. Daniel Arasse, Paris, Bibliothèque des histoires, Gallimard, 2001.

 


 Notes
[i] Bien qu’il la mentionne dans sa Vita, l’année de naissance d’Athanase est douteuse. Voir : Giunia Totaro, Vérité publique et vérité privée. Le remaniement des faits dans la Vita, in KIRCHER Athanasius. L’autobiographie d’Athanasius Kircher : l’écriture d’un jésuite entre vérité et invention au seuil de l’œuvre. Intr. Et trad. Giunia Totaro, Berne, P. Lang, 2009, p. 72.
[ii] Ibid., p. 340.

Retour haut de page